06 95 23 42 24

Une douleur devenue inutile

18 Mar 2020

K vient me voir en février.

Il y a 6 mois, après l’été, des douleurs dans le dos sont apparus. L’IRM et le scanner sont très clairs : une hernie discale qui compresse le nerf sciatique. Le disque entre les deux vertèbres lombaires L4 et L5 est complètement mort. Il ne joue plus son rôle d’amortisseur.

K se fait opérer à Paris il y a 3 semaines. Tout s’est bien passé, le nerf sciatique n’est plus comprimé.

Pourtant K a toujours mal, surtout quand il marche. Ce n’est pas normal depuis le temps ; le neurochirurgien pense à une douleur mémorielle.

-Et toi ça te fait penser à quoi K ? C’est quoi ce truc …c’que tu en penses vraiment ?

J’pense aussi que c’est une mémoire. Ca oscille… en début de semaine j’ai réussi à marcher 12 minutes, j’avais mal mais c’était tenable…alors que le lendemain j’ai marché à peine 6 minutes, j’étais au bout de ma vie, j’me tenais dès que je voyais un arbre et je suis rentré. Ca dépend des jours…

– Qu’est ce que tu veux aujourd’hui K ?

– « Idéalement je voudrais ne plus avoir mal, surtout les moments où je marche« .

On part sur un comportement intérieur et la partie responsable du comportement que K nomme « pénible ».

K part en transe et laisse se développer celle-ci, à son propre rythme.

La transe s’enrichit grâce à ce morceau de métal qu’il écoute, le morceau le plus adapté et le plus utile pour lui maintenant. Il écoute la batterie, la grosse caisse, la double grosse caisse peut-être. Il entend la basse et sent les vibrations à l’intérieur de son propre corps.

Car il sait très bien K, que la musique c’est d’abord des vibrations et que tout ne passe pas par les oreilles.

Et la guitare électrique. Ah la guitare électrique… cette sonorité si particulière, encore de nouvelles sensations… Et il écoute chacun des instruments, il les sépare les uns des autres en quelque sorte. Tout en prenant conscience de l’ensemble du morceau et de l’énergie qu’il dégage. C’est comme unir et réunir ce qui n’a jamais été vraiment désuni, se retrouver soi même à l’intérieur.

Puis nous retournons dans l’histoire personnelle de K ; l’esprit inconscient sélectionne trois expériences de vie passée où K était bien, heureux, sans aucune sensation désagréable à l’intérieur. Il les réexamine et met en sécurité tout ce qui est important : les valeurs, les sensations, les ressources. Tout cela pourra être utile pour le K d’aujourd’hui et les K du futur.

Puis nous revenons à la date du 21 janvier, date de l’opération, et je demande avec respect à l’esprit inconscient de réexaminer ce moment particulier de la vie de K, d’une manière très détaillée et de faire deux choses :

– d’abord en apprendre et comprendre quelque chose de nouveau pour le K d’aujourd’hui, trois semaines après.

– ensuite d’apporter du soin à quelque niveau que ce soit, le jour de l’opération, peut-être même un peu avant… le soin le plus utile pour ce K dans le passé, à ce moment là, de telle façon à ce que le symptôme, progressivement avec le temps, se transforme en autre chose… Et l’esprit inconscient peut apporter tout le soin nécessaire, utile, les jours suivants, en s’arrêtant là où il faut … jusqu’à revenir à ici et maintenant. Rapidement ou lentement, directement ou par étapes.

De manière à s’assurer que quand nous sommes revenus ici et maintenant le soin a été appliqué de la meilleure des manières et que l’esprit inconscient est entièrement satisfait.

Et l’esprit inconscient prend tout le temps dont il a besoin pour faire ça, du mieux qu’il peut. Signal oui au bout de quelques secondes : excellent ! Très bon travail.

Nous contactons ensuite la partie responsable du comportement « pénible », la remercions pour sa fonction et son intention positive, nous contactons aussi la partie créative.

S’en suit un travail de communication à l’intérieur jusqu’à trouver une nouvelle manière de faire, une nouvelle manière d’être, une nouvelle alliance. K est prêt. Il n’y a plus qu’à attendre.

Attendre le temps qu’il faut, le temps qu’il faut pour que quelqu’un comme lui change profondément à l’intérieur.

K sort de transe.

– un commentaire ?

c’est surprenant … à un moment donné, vous avez parlé de la source … et ça a fait un gros flash en fait dans ma tête, j’ai vu le flash, genre limite comme dans les films où… genre ça part en mode super vite…ça descend et j’étais là : mais c’est pas possible…non c’était pfff….j’vois c’qui s’passe comme si j’étais là et que je pouvais le toucher…

Cool.

…. Plus aucune douleur au bout de deux semaines, c’est le temps qu’il aura fallu pour K.

Pas mal du tout.

Merci.

Vous aimerez aussi:

Même plus peur

Même plus peur

O. vient me voir car elle doit partir en Pologne. Sa fille a déjà acheté les billets d'avion. C'est super ça! C'est super sauf qu'O n'a jamais pris l'avion. Elle ne peut pas. O a peur de l'avion, l'idée de monter à l'intérieur lui est insupportable avec cette...

lire plus
Dur à avaler

Dur à avaler

J. collégienne, vient me voir car depuis quelques jours, elle a du mal à manger, à faire passer des aliments solides dans sa gorge. Elle a peur d'avaler. Ça ne lui est jamais arrivé par le passé, d'après ses souvenirs et ne sait pas vraiment à quoi c'est lié....

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez